Art Basel Hong Kong revient plus grand que jamais

D'une sculpture géante KAWS flottant dans le port de Victoria aux tentacules de Yayoi Kusama vêtus d'or et d'argent - «cette année, ça explose»

Dans le port de Victoria à Hong Kong, une vision étrange flotte parmi les navires qui passent: un corps gris massif devenu le ventre avec les bras tendus et une paire de X pour les yeux. C'est Vacances, une sculpture gonflable de 121 pieds de l'artiste KAWS de Brooklyn qui restera flottante ici jusqu'au 31 mars. (Fixé en toute sécurité à un ponton en acier, il n'y a pas lieu de s'alarmer.)

Il y a une vue parfaite de l'installation flottante depuis les fenêtres du sol au plafond de Hong Kong Convention and Exhibition Centre, où Art Basel Hong Kong est ouvert au public du 29 au 31 mars. L'édition asiatique de la foire d'art suisse est de retour pour sa septième édition, et ce n'est pas rien - cette année, elle compte 242 galeries de 35 les pays à la remorque, avec les collectionneurs de la région formant une file aux entrées mercredi, impatients de voir le vernissage VIP commencer.

Vue de l'exposition personnelle de Julio Le Parc «LIGHT - MIRROR» à Perrotin Hong Kong, 2019.

Photo: © Julio Le Parc / ADAGP, Paris & SACK, Séoul 2019

D'en haut, les VIP ont été accueillis par Volonté d'être vulnérable - Ballon métallisé, une réplique brillante de 33 pieds de long du tristement célèbre zeppelin de la catastrophe d'Hindenburg par Lee Bul, «l'un des artistes contemporains les plus éminents de Corée du Sud», selon Alexie Glass-Kantor, the Art Conservateur bâlois qui a travaillé avec des galeries sur trois continents différents - la Galerie Thaddaeus Ropac en Europe, Lehmann Maupin en Amérique du Nord et la PKM Gallery en Asie - pour présenter le travail de Bul au équitable. Avant l'ouverture officielle des portes de la foire, elle a félicité l'artiste, «pour son travail incroyable qui expose la science technologique, la fiction et les utopies». Sur le au rez-de-chaussée du centre de congrès, la gamme de galeries internationales puissantes avait toutes sortes d'artistes de premier ordre dans leurs stands: des sculptures lumineuses suspendues de Olafur Eliasson apporté par la galerie Tanya Bonakdar, par exemple, ou des tentacules Yayoi Kusama revêtus de mosaïques d'or et d'argent apportées par la galerie de Tokyo Ota Fine Arts.

«Tout le monde apporte en quelque sorte le meilleur», déclare Roshini Vadehra, galeriste basée à New Delhi, dont la galerie est spécialisée dans les artistes indiens. Ayant participé à toutes les éditions d'Art Basel Hong Kong, elle a vu sa croissance, «et cette année ça ne fait que exploser».

Prêt à être vulnérable - Ballon métallisé, par Lee Bul.

Photo: avec l'aimable autorisation de Art Basel Hong Kong

Pour les technophiles, le programme VIVE Arts de HTC, partenaire officiel de réalité virtuelle du salon, présente un expérience interstellaire: «To The Moon», une pièce de collaboration en VR des artistes Laurie Anderson et Hsin-Chien Huang. La pièce de 15 minutes commémore le 50e anniversaire de l'atterrissage sur la lune en lançant virtuellement des spectateurs dans l'espace extra-atmosphérique - si réaliste, en fait, ce journaliste a connu le mal des transports. «C'est une forme d'art vivante», dit Anderson à propos de la réalité virtuelle. "Vous le changez et cela vous change."

Laurie Anderson et Hsin-Chien Huang, toujours de Vers la Lune, 2018.

Photo: avec l'aimable autorisation des artistes et de HTC VIVE Arts

Le jour de l'aperçu, non seulement les couloirs du centre des congrès étaient bondés, mais le reste de la ville était plein d'énergie. Au fil des ans, un pôle artistique international n'a cessé de croître autour de la foire, attirant de nouvelles galeries du monde entier. Cette semaine, la galerie londonienne et new-yorkaise Lévy Gorvy a ouvert les portes de son nouveau Hong Kong lieu avec une exposition de groupe comprenant des œuvres de Wassily Kandinsky, Wu Dayu, Claude Monet et Agnes Martin. L'espace d'art chinois K11 a inauguré son espace d'exposition dans les tours de luxe nouvellement achevées de Victoria Dockside avec «Glow Like That», une exposition collective d'artistes concernés par la lumière. Les galeries existantes ont monté des expositions d'artistes majeurs, parmi lesquels une nouvelle installation immersive de miroirs et de rayures de l'artiste argentin Julio Le Parc à la Galerie Perrotin, et «KAWS: En chemin», un aperçu de carrière de l'artiste au PMQ qui coïncide avec son compagnon flottant dans le port.

Larry Bell La grande étoile, présenté à l'exposition K11, «Glow Like That».

Photo: Janelle Zara.

Et dans le plus pur style Art Basel, les expositions sont accompagnées cette semaine par un éventail de fêtes qui se déroulent dans un ascenseur à grande vitesse dans les différentes tours incroyablement hautes de Hong Kong. Après quelques jours d’art et de réjouissances dans les gratte-ciel, l’expression hébétée sur le visage de la sculpture de KAWS semble soudainement plus compréhensible.

Art Basel Hong Kong est ouvert au public du 29 au 31 mars.

instagram story viewer