Un aperçu de la collection extraordinaire de Cécile et Ezra Zilkha

Les œuvres décadentes des défunts philanthropes irako-américains sont aux enchères chez Sotheby's New York

«Ce tronçon de la Cinquième Avenue a toujours été l'un des grands dépositaires du mobilier français du XVIIIe siècle le monde, avec des collectionneurs comme les Havemeyers, Clarks et Wrightsman », déclare l'expert de Sotheby's, Dennis Harrington. Considérez Cécile et Ezra Zilkha comme suivant ces traces. Les défunts philanthropes irako-américains vivaient en grand dans un appartement somptueux au coin des cinquième et 66e Rue, entourée de trésors avec des provenances de premier ordre qui accueillent les Rothschild ainsi que l'icône de style Babe Paley. Cet automne, plus de 200 lots du trésor du couple ont frappé le bloc à Sotheby’s New York, dans une vente dédiée qui devrait rapporter plus de 7 millions de dollars. «Il est rare d’avoir dans une seule collection autant de Boulle qui date en fait de l’époque Louis XIV», dit Harrington, notant le bureau plat en marqueterie, tables en huche («Imaginez une corbeille à pain sur pieds»), et consoles attribuées à l'ébéniste royal André-Charles Boulle. Il y a aussi des porcelaines japonaises Imari, des dorures en argent de Nuremberg du XVIIe siècle et des peintures de maîtres anciens. «C’est une collection d’antiquaires mais pas puriste», ajoute-t-il, «comme la maison d’une famille d’ancien régime qui se maria avec la noblesse de l’Empire».

sothebys.com

instagram story viewer