Le somptueux refuge de Martyn Lawrence Bullard à Palm Springs

La maison du designer dans le désert allie une vue sereine sur la montagne avec une ambiance hédoniste rappelant les années 60.

Lorsqu'on parle de l'architecture moderne du milieu du siècle de Palm Springs, il vaut mieux être précis. D'une part, il y a ces archétypes du modernisme californien classique - peut-être mieux illustrés par Richard Neutra célèbre Kaufmann House - qui fait écho au langage du style international, tout en verre et en acier et un rationalisme élégant. Mais il y a ensuite une autre école de modernisme, plus ludique, qui embrassait des éléments historicistes, purement effets théâtraux, et pas une petite partie du camp pour évoquer une mise en scène convenablement sybarite pour la classe de loisirs en jeu. À la surprise d'aucune personne familière avec le décorateur d'intérieur Martyn Lawrence Bullard ou ses somptueux décors, l'effervescent expatrié britannique en a choisi un excellent exemple pour son propre refuge à Palm Springs.

Bullard et son partenaire, le promoteur immobilier Michael Green, profitent du soleil dans une maison de 1963 de James McNaughton, un Scénographe hollywoodien qui a trouvé la toile ultime pour ses envolées de fantaisie dans les sables du désert de Coachella Vallée. Avec un auvent extérieur arqué qui se termine en colonnades intérieures, la structure ressemble un peu à une première maquette de Wallace K. Le Metropolitan Opera House de Harrison au Lincoln Center. L'analogie est appropriée, étant donné le drame sans excuse de la conception, qui est centrée sur un salon semi-circulaire qui est terminé dans un mur avant de verre donnant sur la piscine et un sol en terrazzo à bandes noires qui était à l'origine destiné à dansant.

«Tout cela est un peu fou mais divin», dit Bullard à propos de la maison. «Hugh Hefner l’aurait possédé dans les années 70, puis Roger Moore, qui l’avait trompé dans la fabuleuse parure James Bond. Cet endroit a été construit pour la détente et le plaisir, nous l'utilisons donc dans cet esprit.


  • L'image peut contenir Piscine Eau Hôtel Bâtiment Resort Piscine Arbre Plante Palmier et Arecaceae
  • Cette image peut contenir des meubles de salon à l'intérieur de la chambre tapis de canapé Table basse et coussin
  • L'image peut contenir Meubles Table Table basse Salle Salon Intérieur Canapé Tapis et Hall
1 / 12

Photo: Douglas Friedman

Martyn Lawrence Bullard La maison de Palm Springs.

Bullard a en grande partie conservé le plan d’étage de McNaughton, en restaurant des parties de la maison qui avaient été modifiées au fil des ans. Pour rendre l'endroit plus accueillant pour les visiteurs, il a converti une cabane de piscine et ce qui avait été un somptueux dressing en logements supplémentaires. Bullard a également transformé une ancienne bibliothèque en une salle de projection très somptueuse, baignée de laque vert émeraude et meublée de canapés topographiques de Sede Terrazza recouverts d'Ultrasuede.

«Pendant les vacances, nous nous retrouvons là-haut avec notre chien, Daisy, une bande de cribleurs et beaucoup de bonbons», explique le créateur. (Pour ceux qui ne connaissent pas les mystérieuses coutumes d'Hollywood, les écrans sont des copies des derniers films distribués par les studios aux bigwigs et apparatchiks de l'industrie à la fin de chaque année, avant les récompenses saison.)

Bullard décrit ses aménagements intérieurs comme «un mélange de swing des années 60 avec une touche disco des années 70». En termes spécifiques, cette vision se traduit par une liste de stellaires des meubles de Vladimir Kagan, Willy Rizzo, Paul Evans, Milo Baughman, Angelo Mangiarotti, Karl Springer et Charles Hollis Jones, entre autres avatars du groovy moderne meubles. Il y a aussi des pièces plus idiosyncratiques, comme les tabourets Pierre Cardin au bar et le vaste tapis en peau de zèbre du salon (un cadeau du mannequin Cheryl Tiegs, il ornait autrefois l'usine Andy Warhol).

Pour l'histoire complète, abonnez-vous maintenant et obtenez l'édition numérique immédiatement.

instagram story viewer