La maison élégante de Victoria Hagan dans le Connecticut

Prônant la fonctionnalité et l'élégance formelle par rapport aux effets spéciaux, la créatrice apporte son esthétique sur mesure à la maison de sa famille sur la côte du Connecticut

Afficher le diaporama

Il y a douze ans, au début du nouveau siècle, architecte d'intérieur Victoria Hagan et son mari, Michael Berman, ont pris un week-end en voiture de leur maison à Manhattan sur le rivage du Connecticut. Au moment où ils atteignirent Southport, l'air était pur, le ciel vaste, les couleurs vives - et Hagan se mit à rêver. Alors qu'elle se tenait sur la plage, faisant des vœux sur les rochers qu'elle a écrémés dans l'eau, elle a partagé ce rêve.

«Je veux vivre ici un jour», dit-elle.

«Avec votre prochain mari», répondit Berman.

C'était du réalisme de sa part, pas une déception. En tant qu'investisseur médiatique, Berman a un programme rempli de réunions à New York; L'entreprise de décoration et de conception de produits en constante expansion de Hagan y est basée, tout comme bon nombre de ses clients. Connecticut? C'était un endroit pour... fins de semaine. Hagan a mis son rêve de côté.

Mais un jour de 2006, elle a pris une photo de ses jumeaux alors âgés de huit ans, portant toujours leurs blazers et cravates d'école alors qu'ils jouaient au hockey en salle dans le salon de leur appartement.

"Quel est le problème avec cette image?" se demanda-t-elle.

Le lendemain, elle est montée dans la voiture familiale et s'est rendue à Southport.

En l'occurrence, une propriété importante - juste sur la route menant à la plage - languissait sur le marché. C'était un randonneur de style géorgien des années 1980, avec six chambres, un toit en croupe et des cheminées en briques rouges. Il reposait sur six acres de terrain. Il avait une vue sur Long Island Sound et Southport Harbour. Bref, c’était la maison de rêve de Hagan.

«Il faut du travail», a déclaré son mari.

«Je fixe des maisons pour gagner ma vie», répondit-elle.

Au cours des neuf mois de rénovation qui ont suivi l'acquisition du domaine, la famille a campé dans la maison d'hôtes de deux chambres et une salle de bain de la propriété, tandis que Hagan a transformé plusieurs des les ouvertures de porte du bâtiment principal donnant sur des entrées cintrées, ont remplacé les sols en marbre par du bois à larges planches, échangées contre des manteaux plus élégants et abattu les murs pour ouvrir des pièces, notamment le cuisine. Quand elle avait terminé, elle avait un environnement élégant et informel, celui où une mère, même un intérieur mère designer, n'aurait aucune raison de crier après ses enfants pour avoir mis les pieds sur un cocktail table.

Ce qu'elle apprécie le plus dans sa nouvelle maison, c'est sa justesse d'espace et de proportions et sa facilité de fonctionnement - pour Hagan, tout se traduit par «caractère». C’est ce qu’elle apprécie le plus, dans les chambres et chez les personnes, depuis qu’elle a 11 ans et qu’elle a été réveillée pour concevoir lors d’un voyage en famille chez Thomas Jefferson. Monticello. «J'adore un bon accessoire comme tout le monde, mais je ne suis pas une fille aux pampilles et aux garnitures», dit-elle. "Deux canapés face à face, une simple table de cocktail, une cheminée - rien de mieux que de s'asseoir dans une pièce comme celle-là avec des amis." Notamment des amis locaux, qui semblent plus intéressés par Hagan et Berman eux-mêmes que par ses clients A-list ou ses premières années glamour dans le magazine Entreprise.

Grandeur commence et se termine à la porte d'entrée à fronton du couple. Le foyer est meublé d'un miroir qu'ils ont acheté à Venise lors de leur lune de miel, d'une table trouvée par Hagan lors d'un salon d'antiquités dans le Connecticut et de 15 photographies de la mer d'Hiroshi Sugimoto. Les pièces ne constituent pas un tour de force, mais un tour de force n’était pas l’intention. «En tant que designer, je ne ressens pas le besoin de simplement remplir l’espace», note-t-elle. «Surtout dans le Connecticut, la beauté que je ressens le plus est la beauté d'un village verdoyant.»

S'il y a un thème fédérateur dans cette maison, c'est la célébration de la famille. Dans le salon, un bas-relief en plâtre de l'architecte Michael Graves qui était un cadeau d'un ami repose à côté d'une photographie de mariage. Dans l’étude, sur ce qui était autrefois la table de la salle à manger du premier appartement de Hagan à New York, se trouve un livre découpé qui ressemble à celui de Graves, mais qui est en fait un projet artisanal de l’un de ses fils. Il y a même, dans la salle à manger, un tableau que son mari a acheté pendant ses jours de célibataire.

Bien sûr, il y a aussi des signes clairs qu'un designer vit ici. Un mur de salle à manger affiche une toile color-field Donald Kaufman avec une grille diagonale; l'œuvre est suspendue au-dessus d'une console en fer des années 1960 dont la base forme une grille diagonale. «Eh bien, j'aime jouer», explique Hagan. «Je fais beaucoup de maisons qui sont de nouvelles constructions et des rénovations majeures - j'aime créer. En tant qu'enfant, mon film préféré était Ma belle dame. J'adore le processus de transformation. »

Et qu'en est-il de son bureau à domicile? Si vous le cherchez, vous chercherez en vain. «Je ne travaille pas à la maison», dit lentement Hagan, soulignant chaque mot, comme pour clarifier l'évidence: le créateur a organisé son entreprise afin qu'elle puisse s'occuper de ses priorités personnelles sans donner à ses clients un court délai shrift. Sa vie familiale, en d'autres termes, est la sienne. «À New York, j'étais une maman de hockey. Ici, je suis une maman de baseball - certains week-ends, je vais à cinq matchs. " En effet, il y a une tache sur la vue du son depuis la maison. Une cage de frappeurs a été installée sur la pelouse. Ce n'est pas, pour elle, une imperfection. «Mon moment préféré est celui où je suis debout dans la cuisine, regardant dehors», dit Hagan. "Il y a de l'eau - et il y a mes enfants qui jouent à la pêche."

Cliquez ici pour voir le diaporama de la maison de rêve de Victoria Hagan dans le Connecticut.

instagram story viewer